Tourisme

 Les activités sportives autour du Tourisme:

L’ENDURANCE

L’endurance équestre pratiquée individuellement ou en équipe est caractérisée par des épreuves d’extérieur courues à vitesse imposée ou libre sur un itinéraire balisé avec des examens vétérinaires validant la capacité du poney / cheval à parcourir de longues distances.

Le TREC

 En anglais, le mot « trek » signifie « randonnée »et en arabe « chemin », mais l’origine de l’acronyme TREC, Techniques de Randonnée Équestre de Compétition, est bien française. Cette discipline sportive est née à la fin des années 1980 dans des groupes de cavaliers randonneurs désireux de mesurer leurs chevaux et leurs compétences équestres lors d’épreuves valorisant les qualités nécessaires à la pratique de la randonnée.
Discipline équestre des amateurs de pleine nature par excellence, le TREC se compose de quatre épreuves destinées à évaluer le couple cheval / cavalier.
Deux épreuves inspirées des difficultés rencontrées en randonnée :
1 – Le Parcours d’Orientation et de Régularité – POR : Il demande une bonne gestion de l’effort du cheval et des connaissances en topographie. 20 minutes avant son départ, chaque cavalier découvre et reporte sur sa carte un itinéraire de 12 à 50 km, selon le niveau. Il devra le respecter scrupuleusement. Des postes de contrôle, dont il ignore l’emplacement, sont disséminés le long du parcours. Au départ, et à chaque contrôle la vitesse idéale à réaliser sur le tronçon suivant est indiquée.
2 – Le Parcours en Terrain Varié – PTV : Il est composé de 12 à 18 difficultés selon le niveau. Naturelles ou simulées, elles reproduisent des situations que le cavalier et son cheval peuvent rencontrer en pleine nature. Il s’agit de les franchir dans le calme et en toute sécurité. Plus que les performances, c’est l‘efficacité, la franchise et le style du couple qui sont notés.
Deux épreuves testant les connaissances et la technique équestre :
3 – La Présentation du couple : Elle vise à contrôler la tenue et le harnachement du couple, qui doivent être adaptés et entretenus pour « aller loin en ménageant la monture » et… le cavalier. Le concurrent doit aussi avoir dans ses sacoches ce dont il pourrait avoir besoin en route.
4 – La Maîtrise des allures : Elle évalue la technique équestre du cavalier et le dressage du cheval.
Le but : dans un couloir de 1,50 m de large et de 100 ou 150 mètres de long, selon le niveau, aller au galop le plus lent possible, et revenir au pas le plus rapide possible, sans rupture d’allure et sans sortir du couloir.
Portail: www.FFE.com

 

Comments are closed.